cent pour un - loiret

Assurer un logement provisoire à des personnes sans-abri en faisant appel à la solidarité.

1- Découvrir cent pour un - Loiret

Nous nous engageons à payer le loyer et la famille s’engage à accepter l’accompagnement de l’association. »

Anne et Corinne, bénévoles
Refuser le mal-logement, facteur d’exclusion.

Le logement occupe une place de plus en plus importante dans le développement de l’exclusion et des inégalités : refusant de voir des familles à la rue, des citoyens du Loiret ont décidé d’agir à leur échelle et d’aider à résoudre le problème du logement dans leur région. Ensemble, ils ont créé en 2018 l’association Cent pour un – Loiret afin de financer le logement de familles sans domicile fixe tout en les accompagnant vers l’autonomie. Anne et Corinne, toutes deux bénévoles et engagées, témoignent : « avant de rejoindre l’association, les familles étaient plus ou moins hébergées par le 115. Toute la famille n’était pas nécessairement hébergée ensemble, sans aucune sécurité pour les enfants » .

L‘association, qui loge et accompagne aujourd’hui quatre familles, collecte d’abord les fonds nécessaires : 100 familles donnent 5€  par mois pendant 2 ans au moins pour financer le logement d’une famille (les donateurs reçoivent un reçu fiscal). « Notre idée, c’est que tout le monde puisse se sentir concerné. Aujourd’hui, devenir adhérent et donner cinq euros à l’association par mois, c’est moins qu’un paquet de cigarettes », pointe Corinne. L’association loue ensuite un logement pour le mettre à la disposition d’une famille sans-abri. L’association assure la relation avec les propriétaires pendant qu’une équipe de bénévoles épaule la famille dans son parcours de réinsertion (activités solidaires, santé, droits sociaux, école, formation…) et gère la mise en lien avec les associations et organismes partenaires engagés. Anne précise : « Notre action ne se limite pas à une assistance matérielle : nous accompagnons ces familles dans leurs différentes démarches d’insertion, et nous favorisons leur intégration : l’apprentissage et pratique du français, le suivi de la scolarité des enfants, l’introduction à la culture et aux usages de la société française, le contact avec le monde associatif de la ville. » 

Trois familles sur les quatre accompagnées par l’association disposent aujourd’hui d’un titre de séjour. Depuis leur régularisation, la majorité des adultes accompagnés ont trouvé un emploi dans des entreprises ou signé un contrat d’insertion. Une de ces familles a obtenu un logement social et vient d’emménager, sortant « du dispositif » Cent pour Un – Loiret. Dans la dernière newsletter de l’association, on peut lire  ces mots, encourageants pour tout le monde  : « Cent pour Un-Loiret a atteint son objectif : la famille peut voler de ses propres ailes et être autonome ».  

POUR ALLER PLUS LOIN : 

Récemment publié par la Fondation Abbé Pierre, le rapport 2023 sur le mal-logement se focalise sur « le genre du mal-logement » et analyse dans quelle mesure les femmes et les minorités de genre sont particulièrement touchées par les difficultés de logement. Une large enquête sur des  aspects trop méconnus de la question du logementqui s’attache à donner la parole aux premières concernées.

2- Le projet vous intéresse ?

Nous avons créé un réseau informel dans lequel nous échangeons sur le bon fonctionnement de l’association, comment la financer, ou alors comment accompagner les familles... »

Anne et Corinne, bénévoles

Créer un projet demande de vérifier la compatibilité entre sa situation personnelle et le projet. Un bilan personnel permet d’identifier ses intentions et ses aptitudes et de s’assurer d’avoir les compétences nécessaires pour porter le projet.

3- Se faire accompagner

Il faut s'inscrire dans le tissu social de
l’agglomération et s’appuyer sur
d’autres dispositifs pour assurer
l’accompagnement des familles.”

Anne et Corinne, bénévoles

Il existe en France de nombreuses structures susceptibles d’épauler les porteurs de projets quels que soient leurs stades de développement : de nombreux acteurs sont là pour vous soutenir dans votre projet, n’hésitez pas à les solliciter.

4- Structurer son projet

Pour assurer notre survie ainsi que nos objectifs d’accompagnement auprès des familles, nous avons plusieurs partenaires au sein de l’agglomération orléanaise. ”

Anne et Corinne, bénévoles

Il est possible de se faire accompagner par différentes structures de financement spécialisées dans les projets 

liés à l’Economie Sociale et Solidaire.

L’association est indépendante. Elle fait partie d’un réseau mais chaque association a sa propre organisation et son statut. »

Anne et Corinne, bénévoles

Structurer un projet demande de choisir une enveloppe juridique adaptée à sa philosophie. Dans le cas de Cent pour Un – Loiret, Corinne explique qu’il leur a semblé “parfaitement logique d’opter pour le statut associatif ». La constitution d’une équipe est également une condition essentielle à la réussite du projet : « il est important que l’équipe de bénévoles envisagée soit suffisamment importante pour arriver à répondre à tous les besoins », abonde Anne.