les moutons de l'ouest

Quand les moutons remplacent tondeuses et débroussailleuses. 

découvrir les moutons de l'ouest

On remplace les tondeuses et les débroussailleuses qui ont logiquement un bilan carbone moins intéressant."

Quentin est le fondateur des Moutons de l’Ouest. Originaire d’un village de 1 700 habitants en Mayenne, il passe une partie de son enfance au grand air, avec comme voisins, des moutons qui paissent sur un terrain collé au jardin familial. Suivront des études d’ingénieur, puis des voyages faits de rencontres avec des entrepreneurs engagés ou se fait le déclic : Quentin réalise qu’il lui est possible de créer son activité en vivant de sa passion. Après deux années au sein d’une entreprise d’éco-pâturage, Quentin lance à Nantes, son activité d’éco-pâturage . Quentin précise : “Avant, les éleveurs cherchaient des lieux pour faire paître leurs troupeaux; aujourd’hui; ce sont les propriétaires de terrains qui cherchent des troupeaux afin d’assurer l’entretien des espaces verts par des moutons”. Dès le lancement, il engage l’entreprise sur le bien-être animal comme sur celui de ses interlocuteurs : les clients répondent présents, l’entreprise se développe. « Nous proposons notre solution clefs en main à des clients très variés : collectivités, entreprises, hôpitaux, maisons de retraite ou sites logistiques, et même pour le compte d’une centrale solaire au sol », indique Quentin. 

Envie de vous lancer ?

Nous nous assurons en permanence que le nombre d’animaux soit adapté à celui de la pousse de l’herbe pour qu’il y ait toujours à manger et que les clients soient satisfaits par l’entretien.”

Lancer un projet comme celui de Quentin demande de vérifier d’avoir  les compétences et les connaissances nécessaires à la réalisation du projet : “il faut des compétences logistiques mais également de conduite de chiens de troupeau et des compétences relationnelles », précise Quentin . Réaliser un bilan personnel permet d’identifier ses forces et ses faiblesses et de faire le point sur ses intentions. 

être accompagné

Notre activité est à la fois écologique et sociale. On voit par exemple beaucoup d’espèces de plantes qui reviennent sur nos terrains."

Il existe en France de nombreuses structures susceptibles d’épauler les porteurs de projets à tous les stades de développement :  ces acteurs sont là pour vous soutenir, n’hésitez pas à les solliciter.

Quentin a été accompagné par :

Les Ecossolies, réseau nantais qui propose un programme d’accompagnement et un espace de coworking pour travailler son projet. 

La Métropole de Nantes, qui a été l’un de ses premiers clients et lui a fait confiance pour entretenir certains de ses espaces verts.

4- Structurer son projet

Être berger est un métier souvent idéalisé de l’extérieur, mais c’est une profession complexe qui demande beaucoup d’implication et des compétences agricoles."

Trouver l’équilibre économique d’un projet se prépare en différentes étapes : 

le business model décrit la manière dont le projet est organisé et  financé. Quentin : « Nous n’avons rien inventé. L’entretien des espaces par des animaux existe depuis la nuit des temps, la nouveauté, c’est le modèle économique : aujourd’hui on vend vraiment une prestation d’entretien.” 

Létude financière évalue les finances du projet, c’est-à-dire les montants des dépenses et des recettes. Quentin : “Nous sommes à 100% en autofinancement, nous n’avons pas de subventions ou autres.” 

Le business plan résume les deux étapes précédentes, sert à convaincre banques et investisseurs. Quentin : « Dans notre prestation, il y a vraiment un entretien global de la zone. S’il le faut, nous passons un petit coup de débroussailleuse sur les endroits auxquels les animaux n’ont pas pu accéder.»

Structurer son projet demande de choisir une enveloppe juridique adaptée à sa philosophie. La structure juridique est l’enveloppe légale du projet, elle définit les règles entourant l’exercice de l’activité. “Les Moutons de l’Ouest” est une Société par Actions Simplifiée (SAS). La constitution d’une équipe est une condition essentielle à la réussite du projet. Quentin  : “pour recruter, on se fout des diplômes, on cherche surtout des gens qui sont motivés, qui ont une expérience agricole ou avec des chiens de troupeau.”